l'art alentour


environnement artistique


la galerie olivier rousseau se situe au cœur d’une offre et d’un patrimoine artistique exceptionnel.

eternal network

Installé dans l’un des anciens octrois de la ville de Tours, Eternal Network, patronyme annexant l’esprit fluxus de la Fête permanente si chère à Robert Filliou, accompagne des projets d’art contemporain dans les milieux urbains et ruraux, des prémices de l’œuvre jusqu'à sa médiation. Faisant partie du programme des Nouveaux Commanditaires sur l’Ouest de la France, cette association permet de découvrir les multiples formes de la création artistique aujourd’hui, tout en interrogeant de nombreuses problématiques, tels que le développement urbain, la transmission de la mémoire, l’apprentissage des savoirs ou encore le dialogue des générations et des cultures. Eternal Network a ainsi accompagné la production des œuvres de Xavier Veilhan, Sarkis, Tadashi Kawamata, Claude Lévêque ou encore Matali Crasset. Eternal Network ouvre également un lieu d’exposition, Eternal Gallery qui a acceillis de nombreux artistes contemporains et émergents tels Abraham Poincheval, Sara Acremann ou Bernard Calet.

le musée des beaux-arts de tours

MuséeDesBeauxArtsTours©MBA
Installé au sein du magnifique ancien palais des Archevêques de Tours, il conserve une des plus importante collection de primitifs italiens après le musée du Louvre et le Petit Palais d’Avignon. Il présente par ailleurs des chefs-d’œuvre de Mantégna, Rembrandt, Rubens, Delacroix, Degas, Monet ainsi que d’œuvres plus récentes (Geneviève Asse, Peter Briggs, Max Ernst, Zao Wou-Ki) rassemblées autour de la donation d’oeuvres d’Olivier Debré.

le château de tours

En partenariat avec le Musée du Jeu de Paume à Paris, le Château de Tours propose des expositions photographiques de grande qualité. Après Pierre Bourdieu, Jacques-Henri Lartigue, Bruno Réquillart et la dernière exposition événement de Vivian Maier, elle accueille actuellement l’exposition de Gilles Caron.

le centre de création contemporaine (ccc)

FaçadeCCC©BenoitFougeirolLe CCC est un centre d'art reconnu qui expose et produit des artistes internationaux. Le CCC est l’un des premiers Centres d’Art Contemporain créés en France en 1985 et le seul en Région Centre. Sa programmation privilégie les grandes expositions monographiques, issues de dialogues sur le long terme avec les artistes, qu'ils soient déjà reconnus ou au début de leur carrière. En 2015, le CCC déménagera au cœur de la ville de Tours dans un nouvel ensemble architectural qui deviendra le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré.

la fondation du doute

LeMurDeBen©FondationDuDoute
Portée par l'artiste Ben, la Fondation du doute de Blois n'est ni un musée, ni un centre d'art mais un lieu original où règne l'esprit Fluxus. Ce lieu singulier accueille artistes, théoriciens, chercheurs, afin de créer une résidence vivante où les publics se rencontrent autour de débats et autres manifestations humoristiques ou l’idée d’Art Total prime. Ce lieu d’art et d’apprentissage est implanté au sein d’un pôle d’enseignement artistique accueillant le monumental mur des mots, une œuvre de Ben réunissant près de 300 tableaux écritures accrochés sur la façade. Espace d’expression et d’interrogation sur l’art, la fondation du doute accueille des œuvres dans l’esprit subversif Fluxus, Erik Satie, Marcel Duchamp, John Cage, Daniel Spoerri ou encore Yoko Ono...

le domaine de chaumont

DavidNashDomaineDeChaumont©EricSander
Situé entre Tours et Blois, le domaine de Chaumont sur Loire fut la propriété de Catherine de Médicis et de Diane de Poitiers. Désormais renommé pour son Festival International des Jardins, il  accueille également de nombreuses installations d’artistes contemporains tel Sarkis, Guiseppe Penone, Tadashi Kawamata, Henrique Oliveira, David Nash, Vincent Barré ou encore Miguel Chevalier. Le domaine est ainsi le « premier Centre d’Arts et de Nature entièrement voué à la relation de la nature et de la culture, de la création artistique et de l’invention paysagère, du patrimoine et du contemporain.

l’atelier calder

MobileCalder©VilleSaché
Situé à Saché en Indre et Loire, l’atelier Calder est un lieu de vie, de travail et d'exposition temporaire. Ancien atelier du  grand sculpteur américain Alexander Calder, l’artiste l’a voulu « à son échelle » pour vivre et profiter de la vallée de l’Indre. Il en a d’ailleurs dessiné le projet original et défini les formes et les volumes. Au-delà de la dimension emblématique du site, Alexander Calder a laissé une empreinte durable dans la région, celle d’une création contemporaine généreuse et ouverte, que l’Association pour l’animation de l’Atelier Calder souhaite préserver et prolonger par son rôle d’accueil d’artistes en résidences et de manifestations culturelles autour des travaux artistiques qui y sont réalisés.


les œuvres visibles
en plein air
à tours et alentours

calder à saché

Inaugurée le 30 juin 1974, la sculpture monumentale de l’artiste se présente sous la forme d’un totem, un mobile à la base pyramidale supportant un bras oscillant avec à ses extrémités deux disques rouges et bleus. Témoignage d’amitié de l’artiste pour la ville de Saché, cette œuvre est visible sur la grande place éponyme, en écho à l’atelier de l’artiste se situant sur le Grand Carroi, un promontoire dominant le bourg de Saché et la vallée de l’Indre.

le monstre de xavier veilhan

Placé au cœur de la ville de Tours, près de la place Plumereau, le monstre de Xavier Veilhan est une commande des commerçants et riverains du quartiers qui souhaitaient insuffler une nouvelle identité à la place. Cet être fantastique, faisant écho aux gargouilles et passé médiévale de la ville, est réduit à l’essentiel (un matériaux, une couleur, une forme générique) afin que le spectateur puisse y projeter son imaginaire. Protecteur ou menaçant, le monstre séduit et interpelle par son impact visuel fort et devient un puissant repère urbain. Connu pour sa grande exposition à Versailles, Xavier Veilhan est un artiste contemporain reconnu, dont le travail porte essentiellement sur la représentation générique des figures, troublant ainsi les rapports entre personnalité et anonymat en créant des symboles frappants.

max ernst à amboise

FontaineMaxErnst©Amboise
En 1967, le Maire d'Amboise, Michel Debré, commande une sculpture au "Prince des Oiseaux », Max Ernst, peintre et sculpteur allemand, comme cadeau d’adieu à la ville. Il fut l'une des grandes figures du mouvement Dada puis surréaliste et a vécu une grande partie de sa vie en France. S’intitulant "Aux cracheurs, aux drôles, au génie" la fontaine est une reprise des figures chères à l'artiste et inspirée de ses œuvres existantes, comme le grand génie ou les petites tortues.  En créant un univers à la fois mystérieux et ludique, Max Ernst s'inspire des fables de La Fontaine.